top of page
IMG_3270.JPG

Réaménagement résilient des berges du Bastan

Mission

. Diagnostic de vulnérabilité (crues torrentielles, ruissellement, séismes)

. Projet d'aménagement

. Résidence d'architectes avec les associations des ARM et Civic Wise

Maîtrise d'ouvrage

. Commune de Luz-Saint-Sauveur

. ENSA-PB

Localisation

Luz-Saint-Sauveur,

Hautes-Pyrénées (65),

France

Livraison

Etudes et résidence entre 2015 et 2016

2 CRUE LUZ SAINT SAUVEUR 2013.jpg
Confluence gaves.JPG

Contexte

  • La commune de Luz-Saint-Sauveur est située au creux d’une vallée dont le point culminant, au niveau de la station de ski Luz-Ardiden, est à une altitude de 2 500m. 

  • La commune est exposée à plusieurs types de risques d’inondation (remontée de nappes affleurantes, zones submersibles par débordement des torrents et ruissellement) ainsi qu’au risque sismique, d’avalanche, de glissement de terrain, de chute de blocs  et de liquéfaction.

  • En effet, de par sa géographie, la commune présente de fortes pentes qui l’assujettissent à des couloirs d’écoulement importants, définis à partir des lignes de crêtes. Le Bastan,  l’Yse et le Gave de Gavarnie permettent d’absorber une partie de ces écoulements mais la gestion complète du risque inondation est complexe. Ces trois torrents sont propices à des débordements lorsque plusieurs facteurs se rencontrent. Lors de la crue de 2013 par exemple, la commune avait subi de fortes précipitations au début du printemps ainsi que des fontes nivales importantes suite aux premières chaleurs après un hiver neigeux.

  • La commune a depuis mis en place un Plan Communal de Sauvegarde, en cours de mise à jour lors de l’étude.

Concept

  • L’objectif du projet était d’intégrer la gestion de ces risques à des intentions urbaines fortes afin de révéler l’identité des quartiers et de redynamiser un centre attractif entre Luz-Saint-Sauveur et Esquièze, la commune limitrophe au nord du Bastan. 

  • Une mise en réseau des places a ainsi été développée eautour d’une requalification de chaque usage, des traitements de sol et de dessertes des véhicules et des piétons. Effectivement, un nouvel accès à proximité du carrefour routier actuel permet aux usagers de vivre, acheter et travailler à Luz-Saint-Sauveur, plutôt que d’uniquement traverser ce village dont les atouts sont peu visibles depuis les axes routiers principaux.

 

  • Deux fils conducteurs ont été déclinés pour assurer un langage commun, nécessaire à la découverte du territoire : la réutilisation des matériaux disponibles dans le lit des torrents suite aux inondations en gabions et l’introduction de l’eau dans les zones urbanisées comme facteur de convivialité mais également pour marquer le risque d’inondation dans le quotidien des locaux.

  • Nous avons effectué un diagnostic sismique minutieux à travers le relevé de l’état structurel des bâtiments sur plusieurs îlots qui a permis de réaliser un scénario d’obstruction potentiel des voies d’accès des secours par décombres et de déterminer différents grades de priorité pour le confortement face aux séismes, en accord avec les intentions urbaines majeures. 

 

  • Nous avons également relevé les lignes de crêtes, les pentes, les zones de dépression, les perméabilité des matériaux, les canalisations de cours d’eau , les réseaux qui ont mené à un scénario de crise en cas d’inondation. Nous avons ensuite proposé une stratégie de prévention et de gestion de crise en cas d’inondation.

  • En amont du centre-de ville, les volumes et vitesses d’eau prévisibles en cas de forte crue ont été canalisés grâce à l’aménagement d’une succession d’infrastructures. Dans le bourg et le long des berges à sa proximité, les aménagements paysagers ont été conçus tant pour la sécurité des habitants et du patrimoine que pour inviter à la découverte du territoire et révéler les potentiels existants de la commune.

 

  • L’un des propos de l’association des Architectes des Risques Majeurs est de sensibiliser les acteurs institutionnels sur la nécessité d’intégrer les volets architecturaux et préventifs dans tout type d’aménagement du territoire en zone à risque.

  • Lors d’une résidence d’une semaine en tant qu’Assistant à Maîtrise d’Ouvrage au sein du comité de pilotage pour le réaménagement des berges du Bastan, nous avons communiqué sur la prévention des risques en allant à la rencontre des Luzéens lors de plusieurs manifestations collectives (marché, Fête du Mouton) et en élaborant un questionnaire diffusé sur le site internet et la page Facebook de la mairie, visant à sensibiliser et faire participer les habitants au projet, de la programmation au chantier en passant par la conception.

  • A l’issue de ces actions, nous avons élaboré un document pouvant apporter une aide méthodologique à l’élaboration du cahier des charges du projet du Bastan, visant à l’intégration de la notion du risque inondation dans toutes les phases du projet. A cette fin, le principe d’une démarche collaborative a été proposé. Effectivement, il nous semble essentiel que l’habitant soit au centre de tout projet urbain. C’est également l’occasion pour l’architecte d’introduire la notion de prévention et de culture du risque dans le projet. Le citoyen, en participant à un tel projet, se responsabilise et se forme naturellement aux gestes qui peuvent le sauver en cas de catastrophe.

bottom of page